Etape 20 Vuelta a Espana 2021

Sanxenxo – Castro de Herville : 202.2 kilomètres avant une conclusion du Tour d’Espagne au contre-la-montre de Saint-Jacques de Compostelle. Un cumul de dénivelé positif affichant un non moins exigeant 4199 mètres dans une étape profilée “classique”. Une dernière occasion pour les baroudeurs d’aller chercher une victoire d’étape. Des ambitions confrontées à celles des membres du classement général qui chercheront à gagner du temps et/ou chercher un accessit avant le CLM du lendemain.

UNE DERNIÈRE CHANCE À SAISIR

Plusieurs éléments viennent se confronter dans cette dernière étape en ligne, où les intérêts des uns et des autres viennent s’entrechoquer.

D’abord, nombre sont les équipes qui seront à la recherche de leur dernière occasion de glaner une victoire d’étape avant une épreuve chronométrée dont elles ne pourront prétendre au gain à l’issue de l’effort individuel. Alto Castro de Herville prend une signification particulière pour les baroudeurs, qui y voit leur dernière chance de lever les bras.

Ensuite, l’étape offre un total de 28 points à distribuer au classement de la montagne. Si les deux premières places sont trustées par les coureurs de la DSM (Michael Storer 59 points et Romain Bardet 54 points). Les adversaires ne sont pas hors jeu pour autant. Primoz Roglič compte 11 points de retard sur le détenteur du maillot à pois. Tandis qu’à la fois Rafal Majka et Damiano Caruso quant à eux totalisent 33 points au classement de la montagne, soit 26 points de retard. Si l’opération paraît compromise pour ces deux derniers. Une chasse aux points les obligeant à prendre la totalité des points de la journée. La mission n’est pas impossible pour le coureur de la Bahreïn-Victorious dont la marge de manoeuvre est réduite à une non-présence des deux coureurs de la DSM aux avant-postes. Pour rappel, les sommets de première catégorie offre 10, 6, 4, 2 et 1 points aux cinq premiers. Quand les deuxième et troisième catégories n’ouvrent les points qu’aux trois premiers.

Une porte ouverte où l’italien pourrait se faufiler en profitant de l’usure créée par l’énorme chasse opérée par la Team DSM hier où dans un effort vain et non appuyé des autres équipes, les coureurs de Matthews Winston se seront littéralement cramés. A l’image du français à bout en fin d’étape.

Si certains pensent que la course au maillot du meilleur sprinteur puisse rentrer en jeu. Fabio Jakobsen ne devrait pas craindre les délais sur l’étape du jour. En effet, au delà de 40 km/h, les délais seront de 22 % du temps du vainqueur. Ce qui donne plus d’une heure de débours accordée (environ 66 minutes pour 40 de moyenne ou encore 63 minutes pour 42 de moyenne). Gardons nous des hypothèses que la Jumbo-Visma serait donc inspirés de mettre le porteur du maillot vert hors délais afin de récupérer son maillot dont Primoz Roglič est deuxième du classement par points.

Après une quinzaine de kilomètres, les coureurs du peloton seront confrontés aux premières difficultés du parcours escarpé du jour avec une série de difficultés non répertoriées.

Un enchaînement où l’échappée du jour devrait se former.

Un relief exigeant qui devrait être favorable aux attaquants de prime abord. Cependant, les routes y seront larges, ce qui ne devrait pas faciliter le contrôle. Un point qui peut impliquer des relances constantes en tête du peloton pour qui aura loupé le coche.

Enfin, d’apparence si les DSM n’ont besoin de relancer sans cesse pour mettre à l’avant Michael Storer et/ou Romain Bardet. Tout porte à croire que l’échappée a de grandes chances d’aller au bout. D’autant que stratégiquement, dans la bataille pour le classement par équipe, les Bahraïn-Victorious seraient bien inspirés de mettre des pions devant pour creuser l’écart au classement par équipe. Pour cause, les bahraïnis ne disposent que de 4 minutes 01 sur la Jumbo-Visma. Lors que l’on sait que le temps est pris sur les trois premiers de l’étape. Le danger est présent à la veille du contre-la-montre final.

Et pourtant, les hommes de Gorazd Štangelj ont aussi d’autres intérêts. Jack Haig pointe à 1:43 du podium. Techniquement au dessus de Miguel Ángel López en contre-la-montre, l’australien pourrait rêver gagner du temps sur les coureurs de la Movistar dans une étape piégeuse. Gino Mäder quant à lui est à 3:05 du maillot blanc. Les déclarations d’Egan Bernal pourrait encourager les coureurs de la Bahraïn à prendre le peloton en main comme ils l’ont fait à El Gamoniteiru. Une course durcie pourrait être favorable aux deux leaders de l’équipe médiatique de l’année.

La course au podium est une chose. Avec une équipe Movistar décimée, les Ineos Grenadiers pourraient tout autant tenter le coup. Mais la manoeuvre est délicate car si MAL et Mas doivent composer avec uniquement Imonal Erviti, José Joaquín Rojas et Nelson Oliveira. Les britanniques ne sont guère mieux lotis avec Tom Pidcock, Pavel Sivakov et Salvatore Puccio pour seuls compagnons d’Adam Yates et du vainqueur du Giro d’Italia. Placer un pion à l’avant pour tenter quelque chose sur le circuit final pourrait être une manoeuvre gagnante en cas d’offensive. Mais il faudra compter sur les autres pour mener la chasse. Une chasse qui peut être assurée tout autant par le membres du Top 12 dans la défense d’une place au GC. Ainsi si Félix Grosschartner était amené à faire partie de l’échappée, une équipe comme les Intermarché Wanty Gobert Matériaux seraient amenés à rouler pour défendre la position de Christian Odd Eiking. Le même constat peut être fait avec David de la Cruz qui forcerait à la Cofidis Solutions Crédits et les Bahraïn Victorious à rouler. Un raisonnement similaire si Gino Mäder prenait le large avec une Jumbo-Visma en ordre de marche éventuelle pour Sepp Kuss. Cela étant dit, quatre équipes parmi le Top 8 s’illustrent. Seuls les Ineos sont pour l’heure bredouilles en terme de victoires d’étape. Une hérésie pour une équipe qui prétendait à la victoire finale et en est bien loin. Les Grenadiers pourraient être avec les Bahraïn, l’équipe du jour cherchant à durcir une journée physiquement exigeante en troisième semaine.

https://veloviewer.com/segment/29576146

Le final commencera avec l’enchaînement de l’Alto de Valichán (6.6 kilomètres à 5.4 %), l’Alto de Mabia (5.9 kilomètres à 5.7 %) et l’Alto de Mougiás (9.7 kilomètres à 6.1 %).

https://veloviewer.com/segments/10528772

Une longue descente vers Baiona avant d’entamer le final.

L’Alto de Prado (5.5 kilomètres à 6.2 %) pourrait voir les premières escarmouches au sein du peloton de leaders. Avec un sommet à 23 kilomètres de l’arrivée, l’endroit est parfait pour tenter de faire exploser le peloton avec cela est maintes fois vu sur les classiques du printemps et de l’automne.

Des routes étroites et un mur à 12.5 % à passer sur 600 mètres à Murxido. Un terrain parfait pour y lancer une offensive.

https://veloviewer.com/segments/24581280

Une descente rapide vers Mosende pour attérir au pied d’un petit repecho.

Une courte montée explosive avant…

https://veloviewer.com/segments/22981673

… de redescendre rapidement vers le final du jour.

L’Alto de Herville, une arrivée inédite sur la Vuelta. 9.7 kilomètres à 4.7 % ne devraient pas être de taille à rebuter les leaders qui sont de véritables grimpeurs patentés.

Débutant par un mur long de 1.8 km à 9.9 %, le placement sera vital sur des routes étroites.

Si les quatre derniers kilomètres se radoucissent et sont à moins de 5 %, les 200 derniers mètres sont explosifs avec près de 10 %.

UN DERNIER TOUR ET PUIS S’EN VA

Baroudeurs non rassasiés, une DSM qui ne lâchera pas tant que ses grimpeurs ne sera pas devant et une Bahraïn-Victorious entre deux objectifs, et leaders qui souhaitent se replacer au GC avant le ITT, le rythme pourrait s’avérer infernal sur les 50 premiers kilomètres de course. Une étape au potentiel dynamique qui ne laisse guère de places au doute, une course il y aura. Si se forme tardivement, les 100 derniers kilomètres sont une invitation à faire exploser le final de l’étape. Toute la question est de savoir qui a la surprise générale comptera le peloton pour maintenir l’échappée à distance. Comme la DSM l’a fait hier, la Bahreïn-Victorious la veille et les Jumbo-Visma l’avant-veille.

Dans une étape profilée comme un Liège-Bastogne-Liège en Galice, selon les propres mots de l’organisateur, Egan Bernal à son mot à dire. Il est vrai que le profil se rapproche d’un Tour de Lombardie mais encore plus d’un Giro dell’Emilia où le colombien s’est déjà illustré. Le potentiel du vainqueur du Tour de France 2019 sur ce type de relief était déjà connu quand chez Androni – Sidermec – Bottecchi, il avait pris la deuxième place du Giro dell’Appennino. Son point de référence restant le Memorial Alfredo Martini en Toscane où la course y est décousue. Mais s’il doit prendre des références récentes cette année sur le Trofeo Laigueglia s’est illustré avant de confirmer tout le bien que l’on peut penser du vainqueur sortant du Giro d’Italia sur les Strade Bianche.

Auteur d’une attaque lointaine au Lac de Covalonga suivi de seulement Primoz Roglič, le vainqueur du Tour de l’Avenir 2017 a démontré tout le panache qu’on l’a déjà vu faire preuve sur l’étape de l’Iseran comme de Cortina d’Ampezzo. Un goût de l’attaque qu’il a retrouvé dans le finale de l’Alto d’El Gamoniteiru, suivi une nouvelle fois seulement de Roglič. Un tempérament bien trempé qu’il n’a aucune raison de laisser de côté sur une étape où il peut aller chercher un accessit. A 4:43 de Primoz Roglič et 1:50 du podium, le Grenadiers n’est en rien une menace. Bernal à toutes les raisons de profiter de sa montée en puissance pour ramener aux britanniques, ce petit plus qu’ils n’ont obtenu jusqu’à présent sur la Vuelta 2021.

Si la Bahreïn-Victorious est amenée à vouloir durcir la course pour Jack Haïg comme l’a déjà, l’australien trouve un terrain à sa mesure. Le final par ses airs punchy n’est sans doute pas pour déplaire au leader de substitution. 5 de Balcon de Alicante et 4e au Mur de Valdepenas de Jaén, son sprint explosif était déjà souligné à la Fosse-aux-Loups et a la Ruta del Sol, que ce soit l’an passé qu’il y a deux ans. Au même titre, on peut ajouter son travail pour Yates à l’étape des murs de Saturnia sur le Tirreno Adriatico de 2020 pour se laisser convaincre.

Si l’on mentionne le Trofeo Laigueglia et une chance que les échappées se disputent la guerre, il est un puncheur qui doit avoir coché l’étape du jour. Capable de briller devant comme avec le peloton de leaders, Mauri Vansevenant, l’homme “pendule” (surnom donné à sa façon de se dandiner sur le vélo) doit être la carte Deceuninck Quick Step. Inutile pour les hommes de Wilfried Peeters et de Davide Bramati toute la garde autour de Fabio Jakobsen pour rallier l’arrivée dans les délais puisque l’étape est classée catégorie 5 soit haute montagne. Des délais de 22% qui ouvrent une porte aux puncheurs du Wolfpack. Andrea Bagioli aura laissé des plumes en cours de route sur l’étape de la veille. Bien plus que le belge aidant son sprinteur à ne pas être hors délais, dans une étape qui n’a pas débranchée. Capable de faire des shows comme à la Flèche Wallonne où sans sa chute il aurait pu faire la nique au peloton. Vansevenant retrouve un peu de Belgique en Galice.

PRONOSTICS

coureurstype de classementcotemisebookmakers
Egan BernalGagnant17.250.25 %
Egan BernalPodium 6.750.75 %
Mauri VansevenantGagnant400.1 %
Jack HaïgPodium 110.15 %

Laisser un commentaire