Etape 16 Vuelta a Espana 2021

Laredo – Santa Cruz de Bezana : 180 kilomètres pour entamer la troisième semaine de la Vuelta. Une étape sur le papier qui est l’une des dernieres occasions pour les sprinteurs mais avec un dénivelé positif de 2275 mètres, l’étape sera loin d’être plate.

UNE DERNIÈRE OCCASION POUR LES SPRINTEURS DE S’EXPRIMER

eTapenombre De points distribués
1650, 30, 20, 18, 16, 14, 12, 10, 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2 aux 15 premiers
1720, 17, 15, 13, 11, 10, 9, 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2, 1 aux 15 premiers
1820, 17, 15, 13, 11, 10, 9, 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2, 1 aux 15 premiers
1930, 25, 22, 19, 17, 15, 13, 11, 9, 7, 6, 5, 4, 3, 2 aux 15 premiers
2020, 17, 15, 13, 11, 10, 9, 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2, 1 aux 15 premiers
2120, 17, 15, 13, 11, 10, 9, 8, 7, 6, 5, 4, 3, 2, 1 aux 15 premiers

D’emblée, force est de constater qu’un total de 160 points seront distribués aux grands maximum (sans compter les 100 points des cinq sprints intermédiaires). Fabio Jakobsen possède 86 points sur son Dauphin, Magnus Cort Nielsen qui apparaît comme la menace principal du maillot avec Primoz Roglič, gardien de 92 points de retard. Le néerlandais serait bien inspirés d’assurer son maillot avec 50 points de la victoire pour naviguer sur du velours. De prime abord, la pensée première serait de se dire que laisser filer une échappée ferait le jeu de Jakobsen mais par le jeu des bonifications et de la dangerosité de MCN sur cette étape et sur l’étape 19 voire même la 20. Le Wolfpack devrait donc être parmi les équipes qui contrôleront pour un sprint dès le départ. Mais pour se faire Deceuninck Quick Step aura besoin d’allier pour annihiler toutes les ambitions des plus téméraires.

Des vaillants portés par le vent de dos. Pour sûr, la Groupama-FDJ sera de ceux qui miseront sur leur sprinter. La résistance du français a été mise à rude épreuve lors de l’étape de Córdoba mais il était parmi les derniers sprinteurs purs à résister jusqu’au passage les plus compliqués d’Alto del 14%. Sur une étape à sa portée avec le souvenir d’un Tour 2018 où il aura attendu la troisième semaine pour s’imposer (18e étape), Arnaud Demare devrait avoir le soutien de son équipe, entièrement bâti autour de lui. La question est plus délicate pour les DSM. Qui se verrait peut être avoir un jour de repos avant deux étapes où l’étape sera sur la sur-offensive. Cela dit, Alberto Dainese a montré ne pas être loin de lever les bras pour la première fois sur un Grand Tour. Mais surtout être le sprinteur capable de rivaliser avec Jakobsen, en l’absence de Jasper Philipsen et grâce aux lacunes de Nono.

Les équipes comme la Bike Exchange et les UAE émirates seront probablement inspirées pour mettre la main à la pâte. Seulement à partir de l’Hijas, à 75 kilomètres de l’arrivée.

Mais l’aide ne sera pas pavée de bonnes intentions. Puisque Jakobsen a montré plusieurs fois quelques faiblesses lorsque le relief s’escarpe. Pire encore, après avoir déclaré se sentir émoussé. Lors du final de l’étape de Villanueva de la Serena, le maillot vert a été incapable de tenir les roues de son train. Explosant à l’amorce du dernier kilomètre.

Le point positif pour le néerlandais, ce sera le vent de face dans les 50 derniers kilomètres. Qui devrait naturellement freiner les véhémences. Quid du travail de sape que les Australiens et les émiratis auront entamé.

Les routes sont mal plates, ce qui offre un terrain parfait pour user les grosses cuisses a l’image de San Cipriano (non répertoriée), situé à 55 kilomètres de l’arrivée. Une difficulté surmontable mais comme l’a montré l’étape de Suances l’an dernier. Une difficulté qui à l’image des repechos de fin (Vispieres, Mar, Pedroa, Perujo ou encore Valdearenas) ont pour but d’émousser les hommes rapides. A l’image de Sam Bennett qui y avait été mis en difficulté dans Sans Cipriano avant d’exploser à 26 kilomètres de l’arrivée.

6.6 kilomètres de l’arrivée : entrée d’un secteur extrêmement sinueux.

3.6 kilomètres de l’arrivée : virage à gauche, le placement soit déjà être opéré avant la barrière fatidique des trois kilomètres.

Bien que serpentant, le final s’opère sur une route principale.

Ce n’est qu’à 700 mètres de l’arrivée que l’obstacle principal se dressera face aux coureurs. Un virage en épingle qui devrait allonger le peloton et anéantir toutes les chances de ceux qui seront mal placés.

Pendant 100 mètres, la roue sera étroite. S’il y a un endroit où tenter le coup du kilomètre, c’est donc à 700 mètres de l’arrivée.

400 mètres de l’arrivée : tournant sans visuel.

Le même constat à 200 mètres de l’arrivée.

FABIO JAKOBSEN MALMENÉ

Bien que le maillot vert fêtera ses 25 ans à l’arrivée de l’étape comme au départ, le peloton n’est pas prêt de lui cadeau. Il en va de même pour Ángel Madrazo, résident de Santander. Le local de l’étape aura sans doute à cœur de briller sur des routes qu’il connait par cœur. Santa Cruz de Bezana n’est qu’à 8.5 kilomètres de sa ville natale. L’espagnol connait le final comme sa poche bien qu’il ait l’habitude de parcourir le repecho de Valdearenas dans le sens inverse (selon ses entraînements Strava).

A l’image d’un SammyBe souffrant à Suances, Fabio Jakobsen devrait subir une montée de lactique, potentiellement fatale. La Bike Exchange devrait courir de manière agressive afin de se débarrasser du plus grand nombre de sprinteurs purs. Toute la question est de savoir pour qui les australiens vont courir. A en croire le travail tout au long du Tour de France et de cette Vuelta, Michael Matthews devrait une nouvelle fois profiter du travail de Luka Mezgec.

Nous avons été bloqués à environ quatre kilomètres de l’arrivée, et le virage à trois kilomètres de l’arrivée était le point où vous ne pouviez pas vraiment remonter après cela.

Nous nous sommes perdus là-bas, d’une manière ou d’une autre, j’ai trouvé Rob Stannard avec environ deux kilomètres à parcourir et j’ai pensé que Matthews était sur ma roue. Mais c’était dur, j’étais comme un kamikaze dans les virages, j’essayais juste de monter là-haut. Je savais qu’il n’y avait pas de temps pour monter autre chose que d’aller à fond dans les virages.

https://www.greenedgecycling.com/2021/08/27/mezgec-clinches-4th-on-a-chaotic-sprint-finish-to-day-13-of-la-vuelta/

Dégageant une force sur l’étape de Valdepeñas de Jaén pour placer son sprinteur dans les meilleures conditions avant le mur final, Mezgec impressionne de par sa forme. Sur l’attaque de Jay Vine dans le final de Córdoba, il aura été au sacrifice au revenir sur l’attaque au kilomètre du coureur d’Alpecin Fénix. Plus récemment sur le dernier sprint, il aura montré être un sprint de premier rang malgré son travail de poisson pilote. Un résultat honorable tant on sait qu’il était le plus rapide du deuxième groupe derrière celui du train Deceuninck Quick Step dont seul s’est extrait Alberto Dainese dans les 300 mètres finaux.

Dans un final tout aussi tortueux où les trains de leaders et de sprinteurs notamment de la DQS imprimeront un gros tempo. Le placement sera primordial, même vital. Plus qu’à l’accoutumée. Une tare pour Michael Matthews qui souffre de problèmes de placement. Luka Mezgec pourrait profiter d’une nouvelle mésaventure de Bling-Bling pour avoir à jouer sa carte. Si cela n’est pas déjà l’option privilégiée. Le slovène a montré qu’il était un meilleur gage sur les sprints plats à l’image de celui des Champs-Elysées où en emmenant Matthews, il aura fini devant sa sprinteur et même aux portes du podium. Le placement de Mezgec est souvent sans rien n’a redire. Il devrait habilement virer dans les dix premiers à 700 mètres de l’arrivée. Ses aptitudes dans un sprint long pourrait l’aider quand on voit les courbes à 400 et 200 mètres. Des courbes qui invitent à l’anticipation. Et quand bien même, la dernière des courbes peut permettre à un poisson pilote comme lui, à l’instar de Michael Morkov a fini dans le Top 10 et même sur le podium.

Le danger pour la Deceuninck repose sur une absence de Jakobsen dans le final. Alors que Cort Nielsen sprintera pour la victoire. Il sera alors de bons tons de prendre le maximum de points que le danois ne prendra pas. Florian Sénéchal est l’option numéro 1. Mais la masterclass serait de faire le sprint pour la seconde place. La courbe à 700 mètres invite à la cassure. Josef Cerny apparaît comme le coureur idéal pour tenter le coup. Mais son utilisation à deux kilomètres de l’arrivée jusque la flamme rouge, l’élimine des candidats. Zdenek Stybar quant à lui est le poisson pilote de Flo’ Sénéchal. Surprenant deuxième à Córdoba, Andrea Bagioli pourrait profiter de son explosivité de puncheurs pour faire le trou quand ses coéquipiers feront la cassure et profiteront des 100 mètres de route a une voie pour faire rideau et propulser l’italien vers la victoire. Une opération “masterclass” qui aurait pour effet de priver potentiellement les deux premières places à MCN si ce n’est plus.

PRONOSTICS

coureurstype de classementcotemisebookmakers
Luka MezgecGagnant320.15 %
Luka MezgecPodium 90.25 %
Andrea BagioliGagnant250.1 %

Laisser un commentaire