Etape 10 Vuelta a Espana 2021

Roquetas de Mar – Ricón de la Victoria : 189 kilomètres pour se mettre en jambe dans une deuxième semaine marquée par la remontée vers la Castille et Léon en passant par les Estrémadures. Un cumul de dénivelé positif de 2350 mètres sur une étape en bord de mer qui invite à prendre en compte les sprinteurs les plus polyvalents n’est guère anodin. Une journée somme toute casse-patte avec bon nombre de repechos jalonnant les deux premières du parcours.

Une incertitude sur qui reposera le poids de la course

Comme à l’accoutumée, la Jumbo-Visma doit protéger au mieux les intérêts de Primoz Roglic. Doit-elle prendre la chasse à son compte dans une étape de près de 200 kilomètres alors que le final est trop simple pour qu’une majorité de leaders doit mis en difficulté. Le slovène n’y gagnerait qu’une poignée de secondes. C’est donc une nouvelle fois dans le rôle d’un contrôle passif, c’est-à-dire dire d’un filtrage d’hommes non dangereux au classement général, que les Killer Wasps sont attendus. Afin de laisser le poids de la course sur les équipes intéressées par le gain d’étape. Seulement, rares sont ces équipes. D’ordinaire, les équipes de sprinteurs seraient à mentionner. Cependant, le Muro de Almáchar est bien trop dur (5 kilomètres à 8.3 %) pour qu’une équipe de sprinteurs contrôlent une journée entière dans l’espoir que son homme rapide passe la difficulté. Quid des sprinteurs polyvalents ? L’option tactique est limitée. Beaucoup dans le peloton comprendront que la chance des échappées est réelle, c’est une longue bataille qui s’annonce. Le nombre d’unités composant le groupe de tête peut très vite s’affoler. Les équipes telles que la Bike Exchange de Michael Matthews, la Deceuninck Quick Step d’Andrea Bagioli, les UAE émirates de Matteo Trentin, les Astana Premier Tech d’Alex Aranburu et les EF Education Nippo de Magnus Cort Nielsen ont toutes un intérêt à organiser le filtrage puis la chasse des fuyards. Seulement, chaque équipe peut aussi ne pas miser sur ces sprinteurs polyvalents qui ne sont pas garantis de passer le Puerto de Almáchar avec un peloton de leader. Pour cause, la difficulté est longue, près de 10 kilomètres à 5 %. Mais les cinq derniers kilomètres sont une incitation à un tempo élevé. D’autant, que le Mur est suivi d’une descente technique pour rallier l’arrivée. Des équipes comme celle du maillot rouge ou les Ineos Grenadiers voudront aborder cette partie descendante en tête. De craintes de ne subir des cassures par l’arrière et peut-être même être à l’initiative dudit morcellement du peloton en opérant une descente rapide. L’option serait donc de prendre part à l’échappée en mettant leur sprinteur polyvalent à l’avant. Seulement, le jeu d’équipe sera primordial. D’aucuns ne souhaitera dans cette configuration emmener Michael Matthews sur le porte-bagage. L’aussie sera attaqué de toute part. Pourra-t-il à lui seul contrecarrer toutes les velléités en tête de course ? Ses coéquipiers sont contraints de l’accompagner pour se sacrifier.

Certes, Almáchar est plus long que la Gallisterna (Championnat du monde 2020l, ou Durbize (étape 4 de Paris-Nice 2020) mais Matthews a montré une forme si impériale et des capacités d’escalade rares sur l’étape de Cullera qu’il n’est pas inenvisageable que l’australien puisse survivre avec les leaders. L’option tactique des BEX devrait sûrement de miser sur un sprint réduit plutôt qu’en échappée. Et pourquoi pas trouver des alliés de circonstances en chemin avec des équipes ayant loupé le coche.

Une journée au bord du littoral méditerranéen implique d’être exposé au vent marin. Il convient de répondre à plusieurs questions :

  • Peut-il y avoir des bordures ? Si les conditions le permettent.
  • Quelles sont les conditions pour qu’il y ait des bordures ? Il faut des zones exposées au vent à un vent latéral (de préférence trois quart dos) et un vent d’au moins 20-25 kilomètres par heure
  • Les conditions sont-elles réunies pour qu’il y est des bordures ? Le bord de mer en question est truffée de zones à découvert. La première des conditions est présente. Le vent sera plus de côté que trois quart dos. La deuxième est à moitié remplie. Quant à la dernière, le vent sera de guère plus de 10 kilomètres/heure. La troisième condition n’est pas remplie.

La journée n’en sera que moins nerveuse au sein du peloton

La difficulté principale (https://www.veloviewer.com/segments/16453224) se compose en trois parties. D’abord, l’approche du mur par un faux plat montant irrégulier. Mais attention au premier kilomètre, pas loin de fleurter avec les deux chiffres.

Ensuite, le Mur long de 5 kilomètres pas près de 8.5 %. 14% à sa pente maximale, une vraie difficulté pour puncheurs patentés. La longue ne fait guère de doutes sur le fait que les leaders au lendemain d’une journée de repos de voudront se tester les uns, les autres et pourquoi pas mettre en difficulté un rival au classement général. Avec un sommet à 16 kilomètres de l’arrivée, le tempo devrait y être infernal.

Enfin, une descente technique, scabreuse longue de près de 14 kilomètres. Ce qui ne laisse que deux kilomètres de plat pour rallier la ligne d’arrivée.

Si le vent est léger, il ne sera guère favorable. Ce qui pourrait avoir comme incidence de favoriser les sprinteurs les plus polyvalents mais surtout de retarder les velléités.

AU PARADIS DES PUNCHEURS / GRIMPEURS ?

A Cullera, Andreas Kron, était censé être la carte numéro 1 des Lotto Soudal. Le belge devait être à l’avant. Il aura même insisté pour être dans l’échappée mais aura loupé la bonne, avec beaucoup de frustration à l’arrivée… Et une faim de loup.

Nous avons quelque chose à régler dans l’équipe. En tant qu’équipe, nous n’avons pas couru comme il fallait au départ. J’ai été le seul à essayer et j’ai essayé pendant 20 kilomètres. Je l’ai fait, mais j’ai dépensé trop d’énergie. Personnellement, j’aurais voulu y prendre part, parce que je suis certain que j’aurais pu battre Magnus. Nous allons patienter et voir dans les prochains jours.

Andreas Kron, arrivée étape 6 de la Vuelta 2021

Le danois a un oeil particulier sur la deuxième semaine. C’est celui qu’il vise en particulier, c’est pourquoi il n’est pas étonnant qu’il soit le seul coureur à voir repérer le final du jour. Ce qui assurément est un avantage. Le jeune de la Lotto possède toutes les qualités pour y briller. Tant devant qu’au sein du peloton. Excellent puncheurs, il doit basculer parmi les hommes de tête. Excellent rouleur, il peut anticiper les mouvements et même accompagner l’anticipation d’autres que lui. Bon sprinteur, il peut s’imposer aisément au sein d’un comité réduit si l’écrémage du mur et de la descente n’a pas été suffisant.

Deux coureurs vont s’aligner parmi les locaux de l’étape : Alvaro Cuadros et Luis Ángel Maté. Si le premier a montré un intérêt pour cette étape et l’envie d’être à l’avant. Le second pourrait s’offrir tout autant un baroude d’honneur. D’autant qu’il a hâte d’être sur ces terres.

J’ai de très bonnes sensations et je veux me battre, ça doit être notre Vuelta, me battre dans les échappées et gagner une étape.

Luis Ángel Maté

PRONOSTICS

coureurstype de classementcotemisebookmakers
Andreas KronGagnant210.15 %
Andreas Kron + Ion IzagirrePodium 750.05 %
Andreas KronPodium 5.50.15 %
Luis Ángel MatéSprint Intermédiaire150.1 %

Laisser un commentaire