Etape 3 Vuelta a Espana 2021

Profil de l’Etape 3 du Tour d’Espagne 2021 © A.S.O.

Santo Domingo de Silos – Picón Blanco : 202.8 kilomètres pour la première arrivée au sommet de la Vuelta. Un cumul de dénivelé positif porté à 2787 mètres dont près d’un quart seront gravi lors de l’ascension finale (647 mètres). Placé en troisième journée, les pentes abruptes de la montée de la province de Burgos devrait assurément être le théâtre des premières joutes entre les leaders.

Les premières arrivées au sommet promises aux leaders du classement général en?

D’ordinaire, les premières explications au sommet sont un rendez-vous pour les leaders. La journée devrait être marquée par un vent de face / trois quart face. Des conditions qui rendent compliquées la tâche des échappées. D’autant que le départ devrait permettre un filtrage plus ou moins facile. Quatre équipes retiennent l’attention et devraient avoir un œil vers l’arrivée au sommet. Les Movistar sont ces troubles-fêtes qui par toute occasion devraient rouler. Évidemment la pole position est trustée par la Jumbo-Visma qui aura pour mission de protéger au mieux les intérêts de Primoz Roglic et pourquoi pas de Sepp Kuss au classement de la montagne. Une situation de protection assez similaire avec les Ineos Grenadiers en protection de son trident de leaders capable de dynamiter le final. Et enfin la Bahraïn-Victorious pour Mikel Landa. Quoi que ce dernier ait plus dans le viseur la troisième semaine. Rien n’indique que son caractère offensif ne soit pas intéressé par un gain d’étape et intrinsèquement de temps dès la première semaine.

Éditions du tour de burgosvainqueurNombre de prétendants à la victoireDistance de l’attaque décisIve
2021Romain Bardet31.6 kilomètres (Timecode : 25:27)
2020Remco Evenepoel12 kilomètres (Timecode : 26:48)
2019Ivàn Ramiro Sosa11.8 kilomètres (Timecode : 20:41)
2018Miguel Ángel López23.1 kilomètres (Timecode : 16:45)
2017Mikel Landa23 kilomètres (Timecode : 24:10)

7.6 kilomètres à 9.1 % et des pentes de 18 % au plus haut, le Picón Blanco est loin d’être une ascension facile.

Une montée qui s’aborde par des routes étroites, ce qui devrait rendre l’approche encore plus nerveuse. A supposer que les bonifications aient été attribuées à l’échappée au cours de l’Alto de Buccos.

L’étroitesse des routes sera perpétuelle, tout au long de la montée qui se fera à découvert donc exposée au vent.

Un vent plutôt défavorable dans les derniers hectomètres qui devraient favoriser des regroupements et un regroupement à l’approche des deux derniers kilomètres si des offensives tôt il y a.

UN MAILLOT ROUGE À CHAHUTER

Le leader de la Jumbo Visma, Primoz Roglic, arrive avec un maillot de leader qu’il désirera consolider. Des leaders, il est celui qu’il ne faut pas emmener au sprint en cas de comité réduit.
Dans un final sélectif, l’écrémage par l’arrière ne devrait avoir raison de lui. Certes, des incertitudes planes sur sa durabilité lors des étapes montagneuses après son abandon sur le Tour de France et sur les Jeux Olympiques. Mais sans enchaînement, l’étape se résume à une course de cote. Un effort proche de contre-la-montre en sorte où il a démontré que les pépins physiques ne le touchent que très peu.

Les Ineos Grenadiers ont vraisemblablement l’embarras du choix pour briller lorsque le pente s’élève. L’un des perdants de la veille est Adam Yates, qui aura perdu 31 secondes en étant gêné par la chute à 4 kilomètres de l’arrivée de Burgos, sans pour autant être pris dedans. Parmi les équipes qui voudront mettre la pression sur la Jumbo-Visma, les britanniques sont en tête de liste. Toute la question est le sens tactique. Imprimer un tempo pour esseuler au maximum les adversaires du trident Grenadiers ? Trois équipes semblent armer pour contrer ce type d’opération. Quid du dernier relai laissant place à ce trio? Comment opérer ? Simon Yates doit-il dès maintenant opérer la remontada du temps perdu ou doit-il s’armer de patience et attendre un sprint réduit où il est un des hommes les plus explosifs. Richard Carapaz peut autant être cette électron libre. Mais comme à Burgos, le vent défavorable devrait freiner les véhémences. Il est vrai que l’on a vu pas mal d’attaques être reprise et les leaders attendre les portes du dernier kilomètre pour s’attaquer réellement.

Parmi les équipes capables de faire basculer la Vuelta, la Bahreïn-Victorious surfe sur la vague 2021. Avec une équipe forte autour de Mikel Landa, le basque a toutes les armes pour faire du Picón Blanco un enfer. D’autant qu’il aura été toujours placé et une fois vainqueur au sommet de la terrible ascension. Cela étant dit, un sprint réduit ne le favorise guère et se sont bien ses coéquipiers qui font meilleures figures. A ce jeu, Jack Haig le plus polyvalent des Bahreïnien a son mot à dire. Il n’est qu’à se rappeler de l’étape de la Fosse aux Loups où il aura pris la 4e place derrière un Julian Alaphilippe vainqueur en solitaire mais surtout derrière Primoz Roglic et Michael Matthews. Gêné lui aussi par la chute, la perte de temps n’a rien de rédhibitoire et l’australien ne perd en rien son rôle de plan B en cas de défaillance de Landissimo. Le Dauphiné aura montré tout le bien que l’on peut penser du transfuge de la Mitchelton-Scott.

Dans le groupe des leaders derrière Bardet et le groupe Landa, Geoffrey Bouchard aura été à Burgos sur la lignée de son année : toujours dans une forme étincelante. Une excellente nouvelle pour Clément Champoussin pour trouve un coéquipier de luxe pour l’épauler le plus longtemps possible. Le niçois s’est montré sur l’étape final du Tour de l’Ain, un regain d’énergie bienvenu après un printemps teinté de déception à la suite d’une carence en fer. Cependant, les deux français semblent encore un peu juste que ce soit en forme qu’en potentiel pour rivaliser dans un groupe de leaders. Il faudra donc anticiper.

Si la même force collective est démontré comme sur le Tour de Burgos mais aussi sur le Tour de France et le Giro d’Italia alors l’équipe a les armes pour prendre la course à son compte. Mark Padun, Wout Poels, Gino Mäder, Damiano Caruso et Jack Haig sont des aides précieuses pour Mikel Landa. La question est de savoir qui pour se sacrifier et qui pour faire office de plan B. Majoritairement préservé à Burgos, Mark Padun pourrait potentiellement bénéficier de la perte de temps qu’il a subi dans la chute à 4 kilomètres de l’arrivée à Burgos, tout comme Jack Haig. Si la question de Wout Poels en support est immédiatement répondue. Les attentes futures autour de Gino Mäder pourrait lui permettre de se conserver un peu. 2e du Giro, Caruso est tout désigné pour porter le rôle d’équipier de luxe et partir au sacrifice comme il l’a toujours fait et l’aurait fait en Italie sans la chute de son leader.

Une montée dont les pourcentages siéent à Maximilian Schachmann mais trop longue. Quoi qu’aider par le vent de face. Félix Grosschartner devra faire mieux qu’en 2020 où il avait souffert sur les pentes du Pićon Blanco.

Outrageux sur les pentes sévères de l’Angliru, Aleksandr Vlasov a déçu sur le même type de pourcentages sur le Giro. Monte Zoncolan et Sega di Ala ont été de véritables déception. Là où il a légèrement plus rassuré sans convaincre à Alpe si Mera. Dommage qu’Oscar Rodriguez soit réduit au rang de domestique, alors que le potentiel est tout autre qu’un Vadim Pronskiy d’une grande aide sur le Giro. A l’instar d’un Omar Fraile grimpant comme il ne l’a jamais fait sur le Tour de France. Sans atteindre le niveau de Izagirre, limités à prendre le large pour espérer lever les bras.

Une équipe qui se doit et se veut offensive. Guillaume Martin trustera les places dans le peloton des leaders et probablement que sa fougue feront qu’il fera partie de ceux qui porteront les premières banderilles. Mais que ce soit Rémy Rochas, les frères Herrara ou Fernando Barceló, les Cofidis Solutions Crédits ont de quoi avoir des électrons libres à chaque étage de la course.

Surpris mais pas tant par le CLM d’Andrea Bagioli, le caractère explosif de Picón Blanco correspond parfaitement aux qualités de puncheurs de l’italien, qui doit tirer lui aussi profit du vent de face. De retour à la compétition en juillet après une opération du genou, le jeune puncheur de la Deceuninck à rassurer au Tour de l’Ain. L’équipe belge sera en recherche de gain d’étape, c’est tout naturellement que ses coureurs se porteront à l’offensive. Trop long pour Zdenek Stybar et Florian Sénéchal, trop dur pour Josef Cerny, la meilleure carte sur le papier est James Knox. Mais le britannique est en deçà des espérances cette saison. À moins que Mauri Vansevenant, nous fasse du Vansevenant. Gageons que son Tour du Pays Basque a montré toutes les qualités de grimpeurs qu’il a démontré au fil du printemps, notamment sur des montées punchy comme celle d’Ermualde ou d’Arrate.

A l’image du Giro et du Tour de France, les EF Education Nippo vont bloc en début de Grand Tour derrière leur leader. Ce sera une nouvelle fois, le cas pour Hugh Carthy qui trouve une ascension explosif qui est cousue main pour ses capacités au vue de son pédigrée. Sa perte de temps de la veille peut l’inciter à récupérer les seconds perdues mais le vent de face n’est guère une bonne nouvelle pour une offensive lointaine comme l’on observe à chaque année au Tour de Burgos. Ceci étant si bon de sortie est permis dans l’équipe, une offensive de Simon Carr pourrait être la meilleure option. Tant le franco-britannique (désormais) a impressionné sur les routes de la Clasica San Sebastian.

Quid de l’équipe Groupama-FDJ qui a une équipe entièrement bâti autour d’Arnaud Demare. Sur le Giro d’Italia, les hommes de Marc Madiot, l’an passé, n’étaient guère autorisés à s’échapper afin de se préserver pour les étapes aux sprints. Un schéma qui pourrait être reproduit à l’identique dans une première semaine extrêmement favorable aux sprinteurs. Mais si ce n’est pas le cas alors Rudy Molard apparaît être la seule et unique carte pour aller chercher un résultat.

Un train Ineos qui devra mettre en route comme ils l’ont fait par le passé sur les pentes du Picón Blanco. Toute la question repose sur la tactique adoptée par le trio Egan Bernal – Adam Yates – Richard Carapaz

Une équipe qui mise sur les étapes est bien la Intermarché Wanty Gobert Matériaux. Sa meilleure carte pourrait être Rein Taaramäe dont le Tour de République Tchèque aura presque été couronné de succès. Jan Hirt y a montré une bonne forme mais en tant que grimpeur diesel, une course de cote ne devrait pas être à son avantage. Simone Petilli y a montré être un support de qualité mais c’est dans un coup à la Thyon 2000 que les observateurs l’attendent. Évidemment Louis Meintjes est plus que quiconque l’option GC mais a toujours subi au cours des trois dernières années sur les pentes terribles du Pićon Blanco.

Les arrivées au sommet ne seront guère le cheval de bataille de l’équipe israélienne. Mais s’il y avait un nom à donner ce serait James Piccoli qui devra faire le même numéro de résistance qu’à Villarodrigo pour espérer un accessit sur une étape qui ne semble pas propice aux échappées.

Défense du maillot rouge à tout prix et si Sepp Kuss était préserver pour défendre son maillot de meilleur grimpeur ?

Une équipe résolument portée sur l’offensive avec comme meilleure chance Steff Cras mais surtout Matthews Holmes, Harm Vanhoucke et Maxim van Gils

Alejandro Valverde mène la chasse après une victoire d’étape. Mais devrait être réduit au rôle de gregario pour Enric Mas et Miguel Angel Lopez qui ont montré tout deux leur classe sur les pentes de la montée à la frontière de la Cantabrie et de la Castille et Léon.

Auteur d’une montée agressive sur le Tour de Burgos, Mikel Nieve est sans nul doute le meilleur élément. Mais le vent de face pourrait permettre à des garçons plus polyvalents et donc rapides de faire partie du groupe. C’est le cas entre autre de Nick Schultz, de Robert Stannard et surtout de Lucas Hamilton qui devra retrouver son niveau de Paris-Nice pour espérer quelque chose.

Vainqueur de l’étape 3 de Burgos, c’est désormais avec une petite pancarte que Romain Bardet s’aligne sur cette étape. Pur grimpeur et adepte des pourcentages abruptes à n’en pas douter si l’on se rappelle de sa victoire sur l’altiport de Peyragudes. Chris Hamilton paraît trop juste et Michael Storer pourrait être réduit à un rôle d’assistant de luxe pour le français avant d’avoir sa carte.

Après avoir surpris son monde, tout le monde attend que Fabio Aru puisse partir en retraite sous les honneurs après des saisons difficiles chez la UAE Emirates, en deçà de son niveau chez Astana. Avec les jambes de Burgos, l’italien sera une carte plus rassurante qu’un Sergio Henao qui y a souvent bûché.

Giulio Ciccone ambitionne de se battre au classement général et qui pourrait être le grand gagnant d’une montée plutôt neutralisé par le vent de face. Tant l’italien possède une explosivité au sprint, qui pourrait lui permettre de décrocher un premier succès sur le Tour d’Espagne. Kenny Elissonde et Juan Pedro Lopez seront là pour l’épauler dans sa mission. Quinn Simmons lui ne cesse de perdre du temps en vue des prochaines étapes.

Quatre noms : un leader en la personne de David de la Cruz qui a montré par le passé bien aimer cette montée et trois grimpeurs, à savoir Rafa Majka, Jan Polanc et Joe Dombrowski.

Jay Vine ne cesse d’impressionner et sera assurément à observer tout au long de la Vuelta. 5e à Lagunas de Neila sur des pentes à deux chiffres, l’australien passé professionnel chez les Alpecin Fénix grâce à Zwift trouve un terrain à sa mesure au vue de ce qu’il a démontré récemment.

L’équipe régionale qui assurément voudra se montrer aux avants-postes…

… tout comme la Caja Rural où c’est une véritable loterie de dégager un nom au jour le jour.

Un loterie moins hasardeuse avec les Euskatel Euskadi, trois noms se dégagent sur ce type de finish : Mikel Biskarra, Joan Bou et Martín Gotzon. Cela semble trop dur pour un Luis Ángel Maté vieillissant et un Antonio Jesús Soto trop court.

PRONOSTICS

coureurstype de classementcotemisebookmakers
Primoz RoglicGagnant30.5 %
Primoz Roglic et Adam YatesPodium 6.190.5 %

Laisser un commentaire