Étape 14 Giro d’Italia 2021

Jour-J pour la première grande bataille pour les coureurs du classement avec la terrible et mythique montée du Zoncolan. Une arrivée prestigieuse que certains voudront sans doute accrochés à leur palmarès.

Ce serait spécial de gagner au sommet du Zoncolan. Mais ça veut dire contrôler le peloton. Je serais heureux si je pouvais juste garder le maillot rose.

Egan Bernal

Cela implique que si chasse de l’échappée, il doit y avoir. Il ne faudra compter sur les Ineos Grenadiers que si le filtrage de l’échappée a été mal fait. Seulement, ce filtrage s’avère plus aisé avec un départ plat. Alerte sur les dernières étapes, Jhonatan Narvaez et Filippo Ganna auront ce rôle de garde-fous qu’ils ont eu jusqu’alors. Des coureurs comme Davide Formolo ou Dan Martin désormais à 7 minutes au classement général tenteront probablement de sortir mais le bon ne devrait leur être accordé. En effet, un remplacement au GC n’était pas permis à l’italien lors de l’étape Bagno si Romagne. Peu probable donc que les Britanniques accordent un bon de sortie à de tel coureur où l’écart ne pourrait filer au dessus des 10 minutes et les obligerait ainsi à contrôler plus durement le peloton et non l’endormir.

L’autre menace des chances des échappées, ce sont les coureurs satellites placés en point de relais à l’avant. Des coureurs placés au GC comme Vincenzo Nibali ou même Ruben Guerreiro ou Nick Schultz obligerait les Ineos a naviguer sur des œufs. En devant gérer l’écart pour ne pas les replacer trop près au GC. Tout en manœuvrant dans le final pour annihiler toutes les opportunités qu’un relai de ces coureurs impliquent.

Enfin, la dernière épine dans le pied des échappées est la météo avec un vent de face sur les 100 premiers kilomètres. Soit globalement toutes la pleine avec que le peloton ne se heurte aux premières rampes du Forcella Monte Rest.

Cependant, les raisons d’espérer pour les fuyards sont grandes. D’abord parce que le vent est léger. Ensuite parce que sur l’étape de Montalcino, une échappée s’est formée vite dans une étape qui semblait être promise au peloton. Une échappée qui n’a fini par être revu alors que le départ était similaire : totalement plat. Enfin les averses qui devraient frappés le final. Si la descente du Forcella est mouillée, le peloton n’y prendra aucun risque de fait de sa technicité et l’échappée devrait y reprendre du champ.

Pour sortir sur le plat et espérer gagner au sommet du Zoncolan depuis l’échappée. Ce qui n’a été fait qu’une fois en six arrivées au sommet, en 2014 par Michael Rodgers. Une année où dans une configuration similaire au départ. L’échappée composé de grimpeurs chevronné s’est formé en seulement 10 minutes. Il faudra être puissant mais aussi avoir des qualités d’escalade sans pareilles.

Un Monte Zoncolan par son versant le plus facile. Monté par Sutrio, l’ascension est plus longue mais plus douce. Seulement gardons à l’esprit que ses pourcentages n’en reste pas moins indigeste.

9 premiers kilomètres à 8.3 %, moins raide que le versant opposé mais encore plus subtil à manœuvrer. Un versant où si l’on souffre, le sommet nous achèvera.

3 kilomètres à 13 %, tel est le final qui est réservé aux plus vaillants. A ce stade, ce n’est que souffrance à manager.

Si les chances de l’échappée demeure, il faudra de gros rouleurs pour se sacrifier sur le plat. Dans des équipes n’ayant plus rien à jouer des coureurs comme Victor Campenaerts, Thomas de Gendt, Alexis Gougeard, etc ont un sacré rôle à jouer. Mais c’est probablement vers la Movistar qu’il faut se tourner. Orpheline de Marc Soler qui a abandonné sur chute, l’équipe espagnol n’a plus que les victoires d’étape à jouer. Antonio Pedrero, Dario Cataldo (présent dans l’échappée en 2014) et Einer Rubio font figure de tête de liste pour aller glaner l’étape quand un coureur comme Nelson Oliveira pourrait s’avérer précieux pour pousser l’échappée le plus loin possible.

Mieux vaut se garder quelques shots pour le live pour couvrir une journée GC qui potentiellement peut UP en live et du moins ne droppera pas en live une fois l’échappée formée.

PRONOSTICS

coureurstype de classementcotemisebookmakers
Dario CataldoVainqueur 1250.1 %Zebet
Dario CataldoPodium 410.15 %Unibet
Antonio PedreroVainqueur 600.1 %Winamax
Antonio PedreroPodium 210.15Unibet
Einer RubioVainqueur 1000.1 %Betclic
Einer RubioPodium 310.15 %Unibet

Laisser un commentaire