Etape 10 Giro d’Italia 2021

139 kilomètres entre l’Aquila et Foligno pour un sprint massif à la veille de la journée de repos. Une étape courte avec 1460 mètres de dénivelé positif. Mais la bataille pour le maillot cyclamen et la victoire d’étape pourrait ajuster du piment à la course.

Rares sont les étapes offrant un total de 50 points à l’arrivée pour le vainqueur. Le cumul de points de coureurs comme Peter Sagan et Davide Cimolai sur des sprinteurs tout autant durables comme Giacomo Nizzolo et tout aussi polyvalents pourrait enfler.
De plus, l’abandon de Caleb Ewan en cours de route a rebattu les cartes pour la victoire d’étape que certains peuvent entrevoir avec un concurrent redoutable de moins.

Après 7.9 kilomètres, le peloton entamera la montée de Sella di Como. On pourrait y penser que l’échappée s’y forme avec plus ou moins de facilité. Seulement après une première semaine usante, la fatigue pourrait se faire sentir et inspirer plus de coureurs pour passer à l’offensive. Mais c’est surtout l’intérêt que pourrait y porter la Bora Hansgrohe et potentiellement Israel Start up Nation qui devrait jouer un rôle ou non sur le tempo sur lequel sera montée la difficulté. Bien inspiré serait ces deux équipes dont l’allemande que l’on a déjà vu dans cette position par le passé faire le départ sur des départs en cote. Avec l’objectif clair de faire sauter les sprinteurs les plus purs.

Seulement, le vent trois quarts face dans une telle montée ne devrait pas faciliter le drop desdits sprinteurs.

Des chances de voir un départ musclé ? On pourrait être déçu comme à l’étape 14 du Tour de France où la Bora était attendu pour rouler et elle ne l’a pas fait.

C’est sans doute plus loin que l’on pourrait retrouver la Bora. A la sortie de Rieti, toute une zone découverte est traversée sur près d’une petite quinzaine de kilomètres avec un vent suffissament fort pour tenter le coup de trafalgar.

L’effort du sprint intermédiairei de Santa Rufina pourrait se prolonger et il n’est pas à exclure que si un leader se retrouver piéger une équipe comme la Deceuninck Quick Step prête main forte. La course pourrait très vite s’emballer. Comme retomber comme un soufflé si personne ne se fait piéger.

C’est alors que le peloton enchainera quatre difficultés non répertoriées et roulantes où il sera impossible s’ils ne le sont pas décrochés avant, de se séparer des sprinteurs.

Forca di Amore

Monte Franco

S’il faut espérer que la course s’emballe si ce n’a pas été le cas avant : Valico Della Somma offre le terrain le plus propice avec ses 6.8 kilomètres à 4.8 %.

Mais l’opération semble vouée à l’échec lorsque l’on y regarde de plus près. Si tempo doit être imprimer dans cette difficulté, c’est que les sprinteurs auront été lâchés avant et que le peloton tentera d’empêcher leur retour. Ou alors pour les fatiguer en vue de l’arrivée finale.

Attention cependant aux dernières opportunités de bordures sur des zones dégagées proches de l’arrivée vers San Giacomo.

A 10 kilomètres de l’arrivée, la course devrait voir une importante bataille de placements avant d’aborder l’entrée dans Foligno.

7.2 kilomètres : premier rond-point qui étirera le peloton.

Pour biffurquer sur la droite 400 mètres plus loin.

Sur une longue ligne droite, les occasions de se replacer seront légions.

Attention cependant aux aménagements urbains qui couperont par moment le peloton en deux comme à 5.2 kilomètres du but…

… ou à 4.1 km.

3.3 kilomètres, le désormais habituel rond-point à prendre forcément par la droite (cf. vidéo ci-dessous du final de 2014 et 2016).

Même chose à 2.6.

Nouveau split à 2.3 kilomètres.

1.6 kilomètres : le peloton biffurque sur la droite.

1.2 kilomètres : un virage à prendre pleine balle.

Tout comme à 1.1 kilomètres où le peloton s’étirera toujours un peu plus. Le placement est donc vital bien avant la flamme rouge.

800 mètres : entrée dans une rue en peu moins large…

…qui laisse moins de place au replacement.

Un dernier tournant qui commence à 400 mètres et plaque le peloton étiré sur la droite de la route.

Pour débouler à 200 mètres dans la dernière ligne droite finale. Le placement est donc vitale pour sortir en tête du dernier virage.

Etape 7 du Giro d’Itala 2016

Timecode 22′ : dans la montée de Valico Della Somma, la Trek Segafredo de Giacomo Nizzolo avait essayé en vain de faire lâcher les sprinteurs dans un peloton étiré.

Timecode 1:00:00 : les 3.6 derniers kilomètres où l’on peut voir un sprint dans le sprint à 1.5 kilomètres pour aborder le premier tournant à droite en tête.

QUAND BORA A LA CLE DE LA COURSE EN MAIN

Il faudra bel et bien compter sur une course dynamitée par la Bora. Les occasions de bordures à la sortie de Rieti implique que des équipes de leaders pourraient se meler au jeu de la guerre des sprinteurs pour piéger un ou des hommes placés au GC. Dans une étape courte, la veille d’une journée de repos, la journée ne devrait pas être de tout repos. Dans cette opération, la Bora Hansgrohe pour Peter Sagan n’est pas seule. Les Israel Start up Nation pour Davide Cimolai et les Qhubeka Assos pour Elia Viviani pourraient se meler à la fête.

Juan Sébastian Molano est probablement la clé de la réussite du sprint du jour. Le colombien aura commis des erreurs sur les précédents sprint plat qui ont coûté à son compatriote Fernando Gaviria. Des sprinteurs les plus purs, Nando a montré une forme qui lui a permis de passer les difficultés avec aisance. Echappée l’autre jour, Nando s’est écrassé au sol mais les blessures ne sont qu’abrasion. Son train composé d’Alessandro Covi, Maximiliano Richeze et Juan Sébastian Molano fait figure d’un des meilleurs parmi le peloton. Fort d’une anticipation à Termoli, Gaviria n’est pas passé loin de la mettre au fond. La question demeure sur sa capacité à tenir une course durcie. Mais Molano pourrait être un parfait substitue. Fort en montagne, il aura placé sur orbite Diego Ulissi la veille pour que l’italien fasse le jump sur l’échappée dans le Passo Godi. Un parfait plan B pour les émiraties.

Au vue du placement dans les derniers 200 mètres, le Top 10 de Consonni poisson pilote d’Elia Viviani et potentiel plan B pourrait être une option plus qu’envisageable, à l’instar de Molano.

PRONOSTICS

coureurstype de classementcotemisebookmakers
Fernando GaviriaVainqueur 10 0.35 %
Fernando GaviriaPodium 3.50.5
Juan Sebastian MolanoPodium 310.15 %

Laisser un commentaire