Tour de Catalogue 2021 Classement Général Preview

Une 100e édition de la Volta a Catalunya qui se veut marquante. Un retour fracassant dans le calendrier World Tour après une annulation en 2020 à la suite de la crise sanitaire en raison de la Covid-19.

Calella – Calella (178.9 kilomètres)

Une étape désormais inconditionnelle autour de Calella. Un final intangible qui offre tantôt un sprint, tantôt une victoire éclatante de l’échappée matinale et souvent des attaques couronnées ou non de succès.

Banyoles – Banyoles (18.5 kilomètres)

Un contre-la-montre individuel qui devrait mettre en place une première hiérarchie. Bien qu’il y ait un faux-plat de près de trois kilomètres menant à Melianta, l’éffort individuel est une affaire de spécialistes qui auront un terrain à leur mesure.

Canal Olimpic de Catalunya – Vallter 2000 (203.1 kilomètres)

Une montée sèche vers Vallter 2000. Nairo Quintana (2013), Tejay van Garderen (2014) et Adam Yates (2019) s’y sont imposés par le passé. Une première explication entre leaders mais la montagne accouchera-t-elle d’une souris avec une arrivée à plus de 2 000 mètres la veille de l’étape reine ?

Ripoll – Port Ainé (166.5 kilomètres)

Un départ vers une montée inexorable de Port de Toses pour enchainer vers un final : Port d’El Canto et Port Ainé. Un final qui en 2012 avait été annulé en cours de route à cause du mauvais temps (pluie et neige). Avant de faire son retour en 2016, dans une étape remportée par Thomas de Gendt après une échappée au long court dont le belge a le secret.

La Pobla de Segur – Mansera (201.1 kilomètres)

Une étape profilée pour les échappées sur le papier avec le Port de Montserrat dont le sommet est situé à une petite quinzaine de kilomètres de l’arrivée. Un final similaire à 2012 qui avait vu un sprint à la suite d’une étape disputée où l’échappée matinale s’était formé au bout de 90 kilomètres et dont les membres comptaient 2’10 au pied de la dernière difficulté.

Tarragona – Matarô (193.8 kilomètres)

Mataro change de position, si la ville est inscrite dans les gênes du Tour de Catalogne. C’est la première fois depuis 2014 que la ville n’accueille pas le départ. Il faut remonter au début de la deuxième moitié du siècle dernier pour y voir une arrivée. Une étape sur le papier pour les sprinteurs qui devraient passer sans encombre l’Alt El Collet (2,9 kilomètres à 3,3 %).

Barcelona – Barcelona (133 kilomètres)

Un final familier dans Barcelone avec la montée de Montjuïc (rallongée) qui devrait nécessairement inspirer les plus puncheurs du peloton, qui auront un cricuit qui ler scie à merveille pour aller glaner une victoire.

QUI POUR BATTRE LES INEOS GRENADIERS ?

L’équipe britannique aligne une équipe cinq étoiles sur ce Tour de Catalogne. Adam Yates, vaillant deuxième du UAE Tour s’affiche au côté de Geraint Thomas. Le gallois qui semblait monter en puissance au fil du Tirreno Adriatico avec une montée de Prati di Tivo offensive, devrait néanmois être réduit au statut de grégario. Et de Richard Carapaz qui signe sa reprise sur le continent européen. Pour soutenir le trio, Richie Porte de retour de sa chute sur l’étape d’ouverture de Paris-Nice sera l’un des pions avec les rouleurs Luke Rowe, Jonathan Castroviejo et Rohan Dennis. Si Vallter 2000 devrait rappeler de bons souvenirs à Yates. Il devrait tout autant plaire au vainqueur du Giro 2019 avec ses plus de 2000 mètres d’altitude. Le circuit dans Barcelone est tout autant taillé pour le tempérament offensif de l’équatorien.

La Jumbo-Visma, à l’image de la rivalité naissante s’affiche comme la plus grande adversaire des britanniques. Steven Kruisjwijk, George Bennett et Sepp Kuss s’aligne avec un leadership partagé que le contre-la-montre devrait logiquement revêtir au néerlandais, mué en gregario de Primoz Roglic sur le récent Paris-Nice.

Tous les yeux, cependant seront river vers le duel des jumeaux. Les frères Yates s’affrontent pour la première fois en sept ans chez les professionnels. Simon Yates emmènera la BikeExchange après un Tirreno Adriatico convaincant où seul le britannique semblait capable de bousculer Tadej Pogacar sur les pentes du Prati di Tivo. Quelle équipe autour du britannique qui partagera le leadership avec Lucas Hamilton, récent auteur d’une 4e place au CG de Paris-Nice. Appuyé par Esteban Chaves et Tanel Kangert qui signeront leur retour.

https://www.deceuninck-quickstep.com/en/news/4798/deceuninck-quick-step-to-volta-a-catalunya

La Deceuninck Quick Step partira une nouvelle fois à la guerre avec Joao Almeida pour le classement général après sa troisième place sur le UAE Tour et sa sixième place sur le Tirreno-Adriatico. Le portugais sera dans sa quête entourné de sa garde renforcée déjà présente sur le Giro de l’an passé, avec Fausto Masnada et James Knox. Le troisième du dernier Giro possède un avantage sur ses adversaires grâce à ses aptitudes dans l’effort individuel. De quoi combler quelques lacunes dans la haute montagne ?

Si on parle de candidat qui devrait performer au contre-la-montre individuel, les coureurs de la EF Education Nippo font bonne figure. Hugh Carthy emmènera l’équipe américaine. Après un podium sur la Vuelta a Espana, la rentrée de l’américain était convaincante à la Faun-Ardèche. Rigoberto Uran, Ruben Guerreiro, Tejay Van Garderen et Jonathan Caicedo seront notamment là pour l’épauler.

Nous commencerons à le prendre comme capitaine dans des courses à étapes plus courtes . Nous essaierons de nous classer avec lui. Nous verrons comment il se comporte

Enrico Poitschke – Directeur sportif de la Bora Hansgrohe en visio conference

Parmi les jeunes aux capacités dans l’effort individuel, Lennard Kämna devrait subir son premier grand test avec un leadership affiché au sein de la Bora Hansgrohe. Le contre-la-montre devrait lui assurer d’être parmi les leaders de tête et la montagne déterminera son classement général où l’allemand devrait bien figurer s’il n’est pas cantonner au rôle d’équipier de Wilco Kelderman, qui fait son retour à la compétition après avoir été renversé par une voiture pendant un entrainement. La forme devrait sans doute jouer du côté de l’allemand plutôt que le néerlandais.

Solide équipe que la Team UAE Emirates qui tentera de surfer sur la vague du succès de Tadej Pogacar et de remporter une troisième course d’une semaine avec le prometteur Brandon McNulty qui devrait réaliser l’une des meilleures performances mardi parmi les leaders. Tous les yeux seront rivés vers le transfuge Marc Hirschi, de quoi naviguer un peu plus sous les radars.

Comment ne pas mentionner l’équipe World Tour local quand on parle de Catalogne. Pour la première fois de la saison, la Movistar aligne son hydre à trois têtes. Enric Mas après une performance en deça des espérances au contre-la-montre de la dernière Vuelta devra corriger le titre. Gardienne des quatre dernières éditions avec Nairo Quintana (2016), Alejandro Valverde (2017, 2018) et Miguel Angel Lopez (2019), l’équipe se doit te tenir son rang. C’est pourquoi l’équipe est solide pour emmener l’espagnol originaire d’Alta.

Première intéréssante de Robert Power qui se voit attribuer le rôle de leader au sein de la Qhubeka Assos.

Enfin la Groupama-FDJ tentera de briller avec son hongrois. Une victoire mercredi pour renommer le petit Attila Valter2000 ?

PRONOSTICS

Steven Kruijswijk vainqueur : 15 – 0.25 % (Betclic)

Steven Kruijswijk podium: 4.5 – 0.5 % (Betclic)

Hugh Carthy podium : 4.5 – 0.25 % (Betclic)

Nairo Quintana > Sepp Kuss : 2

Laisser un commentaire