Championnat du monde contre la montre Elites homme 2020 – Imola Preview

Plan CLM Imola 2020 ©️ U.C.I.

Un contre-la-montre en dessous de la moyenne des dix dernières années avec seulement 31.7 kilomètres contre 47.31 kilomètres en moyenne. Un chrono qui se disputera sur le même circuit et la même distance que les féminines. De quoi tirer en quelques leçons.

Profil CLM d’Imola 2020 ©️ A.S.O.

Sans grande surprise, comme pour les féminines, ce chrono est une affaire de spécialistes. Des gros rouleurs avec un très gros rapport poids/puissance. En somme, les grosses cuisses du peloton. Et les conditions climatiques devraient accentuées ces exigences.

Au niveau précipitation, tous les coureurs devraient être logés à la même enseignement. Passant entre les averses de 14h et celle de 19h. Cependant, si le vent peut être un peu plus clément pour les tout premier partant. Sur la partie aller, le vent ne devrait guère changer une fois stabilisé au alentour de 35 km/h. Tout devrait se jouer sur les rafales peut-être au désavantage des derniers partants. Mais c’est potentiellement pour les tout derniers partants que le vent devrait jouer un rôle sur la fin de parcours. En soufflant un peu moins fort pour les coureurs comme Rohan Dennis en dernier à 15h54. A prendre avec des pincettes, n’ayant pas de données minutes par minutes. Ceci n’est qu’une extrapolation des prévisions heure par heure.

La première partie du parcours se fera sur des routes larges avec un vent de face fort. Comme pour les féminines, les temps au premier intermédiaire devrait donner une hiérarchie qui peut être basculée dans la seconde partie. En effet, après le premier intermédiaire les coureurs retournent vers Imola avec un fort vent de dos. Une seconde partie que Audrey Cordon-Ragot décrivait comme une partie “F1”. Une partie où les hommes devraient affoler les compteurs tant le vent les poussera.

Très peu de passages techniques hormis la descente qui suit cette ligne droite où Dygert a chuté en prenant une mauvaise trajectoire et en restant sur les prolongateurs sur un virage qui ne lui permet pas de maintenir une telle position. Sur route humide comme aujourd’hui, quelques secondes peuvent être perdues pour qui ne prendra pas les bonnes courbes et sera trop sur les freins.

Sur la fin de parcours, menant au circuit Enzo et Dino Ferrari d’Imola, deux lève-cul qui se passent tout en puissance mais où on a vu chez les féminines qui peuvent jouer un rôle avec les meilleures techniciennes. Un constat que l’on peut dresser avec le duel Reusser-Van der Breggen où la suissesse a perdu du temps principalement dans les virages où il fallait relancer et où elle était plus sur les freins que la néerlandaise.

Reste le circuit automobile avec un faux plat montant à gérer puis une descente et un derniere virage où on a pu voir qu’il était compliqué de bien y virer de façon optimale. Un endroit où on peut grappiller quelques secondes pour finir devant les paddocks.

Ce n’est donc pas un hasard de voir les grosses cylindrées en tête d’affiche des bookmakers.

FILLIPO GANNA EST-IL LE FAVORI INCONTESTÉ ?

Quatruple champion du monde de poursuite individuelle sur piste (2016, 2018, 2019 et 2020), l’italien de la Ineos est aussi le triple recordman du monde du temps sur cette épreuve avec un 4’01″964 d’affiché en début de saison pré-Covid. Récemment, Ganna a pulvérisé le record du chrono traditionnel de fermeture du Tirreno-Adriatico. Fixé par Cancellara à 11’08, Ganna a terminé les 10km en 10’42”. Développant une moyenne stratosphérique de 580 watts sur les 2 derniers kilomètres. Excusez du peu. Quand on sait que son record du monde de poursuite est estimé à 607 watts, cela explique pourquoi Ganna fait figure de favori incontesté. Seulement depuis qu’il est professionnel, Ganna a participé à 23 chronos, en a gagné 21.74% et fini sur les deux autres places du podium dans 26.09% des cas. Mais la distance moyenne de ses chronos gagnés est de 20.1 kilomètres effectués contre les 24.56 de ceux auxquels il a participé. Ce qui montre que Ganna apprécie les efforts courts et que le chrono du jour, bien que court pour un mondial, semble être un peu trop long pour l’italien.

Le CLM est par le manque de difficulté extrêmement ouvert. D’autant plus, dans cette saison si particulière. Rohan Dennis fait évidemment figure de favori. Malgré son manque de résultats cette année. Battu sur tous les chronos auxquels il a pris part. Seulement, deux coureurs apparaissent en forme et historiquement colle parfaitement à la distance du mondial d’Imola.

Victor Campenaerts est le premier des deux. Sur les 31 chronos qu’il aura disputé sur les trois dernières années, pas moins de 19 podiums pour 5 victoires. Mais c’est surtout une moyenne de 31.38 kilomètres pour les chronos gagnés. Une distance qui est la plus proche parmi tous les participants et favoris. Véritable bet à rouler, plus c’est plat mieux c’est. Campanaerts ne fait que monter en puissance et en battant de 8″ le record du chrono de Tirreno, il s’affiche comme Ganna en candidat à la gagne. Plus frais que les participants du Tour, il bénéficie de l’influe du Tirreno-Adriatico sans la potentielle fatigue post-Tour. Certes, le record sur le Tirreno-Adriatico peut être contrebalancer par la pression atmosphérique plus faible en septembre qu’en mars. Mais c’est un bon indicateur de forme pour celui qui n’aura pas loupé un podium depuis la reprise post-lockdown.

Le second est Tom Dumoulin. Qui n’a eu de cesse de monter en puissance sur le Tour. Gardien du meilleur temps au deuxième intermédiaire du clm de la Planche des Belles Filles, TomDum a retrouvé ses meilleures sensations et surtout ses données de puissance égale à son apogée avec son titre de champion du monde de chrono en 2017. Ce qui prouve une chose. Que tout va bien pour le néerlandais. C’est de tous les coureurs, celui pour qui la distance colle le mieux. Avec une moyenne de victoire sur 32.3 kilomètres et une moyenne de podium sur 31.15 kilomètres. Un effort somme toute optimal pour le coureur de la Jumbo.

Pour les avis sur les autres coureurs, vous pouvez revoir en replay le live RedSportsBe avec Gillou : http://www.twitch.tv/redsportsbe/v/750706679?sr=a&t=2s

PRONOSTICS

Victor Campenaerts podium : 3.3 – 1% (Unibet)

Tom Dumoulin podium : 2.8 – 0.5% (Unibet)

Victor Campenaerts ou Tom Dumoulin vainqueur : 6.3 – 0.25% (Winamax)

Laisser un commentaire