Etape 19 Tour de France 2020 Preview

Le Tour touche à sa fin, les baroudeurs n’ont plus qu’aujourd’hui pour briller. Le chrono de la Planche des Belles Filles ne leur convenant pas tout comme le sprint des Champs Elysées, véritable gala de luxe pour les sprinteurs qui auront survécu à cette 107e édition. Seulement les considérations pour le maillot vert pourraient brouiller les plans des plus téméraires.

Profil Etape 19 du Tour de France 2020 ©️ A.S.O.

Un profil mal plat avec une arrivée offrant 50 points au vainqueur. Du pain béni à la fois pour Peter Sagan et Matteo Trentin pour mettre un sacré bazar.

En tant qu’étape au coefficient 1, les délais ne sont pas larges mais loin d’être insurmontables. La tactique de la mise hors délai de Sam Bennett être compromise par un début de parcours trop simple. Cela dit, les occasions de le lâcher tout au long de la deuxième moitié de parcours ne manqueront pas. Et c’est bel et bien Ewan qui devrait vivre une énième très mauvaise journée.

Un départ dans le col de France qui devrait être rapide qui favorise la Bora dans un filtrage. Pas certains que les attaques y soient nombreuses si la Bora chasse les échappées comme elle l’a fait à Lyon.

Gardons-nous d’or et déjà de toute comparaison. Le départ n’est pas aussi dur qu’à la sortie de Millau pour tenter de faire sauter Bennett dès le départ. Cela dit, je n’interdis pas la Lotto qui comme à Lyon aide la Bora dans une première partie de circuit à chasser l’échappée et maintenir un écart faible. La seconde moitié est défavorable à Ewan. Maintenir un écart réduit sur les échappées pour la Lotto, c’est s’assurer que l’aussie rentre dans les délais. C’est pourquoi, il faut s’attendre à un début de course rapide entre attaques en tête de peloton et intérêt des sprinteurs potentiellement lâchés. Tous ces éléments favorisent une course avec un écrémage par l’arrière. D’autant que si le début de parcours est simple, il n’en reste pas moins usant avec la côte de Montmerle, le faux plat de Loisia ou même la côte de Chille où la Bora et la CCC ont tout intérêt à accélérer le tempo en tête de peloton pour user les sprinteurs comme Bennett et Ewan.

La course devrait se lancer et ne plus débrancher à partir de la côte du Château Chalon où la Bora sera nécessairement inspirée du schéma de la côte du Château d’Aulteribe où elle avait réussi à faire exploser Sam Bennett. Dans un tel scénario, j’élimine logiquement des rouleurs comme Kasper Asgreen qui comme à Lyon devrait être de la garde rapproché de Sammy Be. Pour lui permettre de rentrer dans les délais.

Si la cote est répertoriée sur 4.3 kilomètres, elle est néanmoins prolongée. 8.2 kilomètres à 3.8% ne laissent peu de place aux doutes surtout en début de montée.

Situé à 49 kilomètres de l’arrivée avec 20 points à la clé, le sprint intermédiaire intéressera forcément à la fois Sagan et Trentin dans la course au maillot vert surtout dans une optique de course durcie par la Bora et la CCC, le risque que l’échappée prennent les gros points est réduit par le travail de chasse et de rythme pour dompter les attaques au sein du peloton.

Le seul véritable obstacle à un sprint réduit est une attaque sur les routes étroites menant à Champagnole qui ne favorisent pas les chasseurs. Cependant, avec des équipes en ordre de marche pour récupérer les 50 points mais aussi des équipes qui n’ont pour le moment pas gagnées et qui ont des armes pour se faire. Les probables attaques tardives ont plus de chance de réussite dans la descente menant à Champagnole qu’autre part. Bien avisé celui qui tentera le coup puisqu’il faudra avoir de sacrées aptitudes de rouleurs pour résister sur les 3.5 kilomètres restants.

Que ce soit la Bora qui a annoncé se battre durement et jusqu’au dernier jour…

Que la CCC qui peut encore espérer s’accrocher à une victoire d’étape sur un terrain favorable à Matteo Trentin encore en course pour le maillot vert. La course ne devrait échapper à un sprint réduit. D’emblée j’élimine Wout van Aert dont l’inconnu quant à la participation à un sprint demeure. Le belge en effet est le chien de garde de Primoz Roglic dans les kilomètres finaux et à pour cible le chrono de demain. Prendra-t-il le risque d’un sprint final lui qui a évité la chute à Poitiers ? Roglic aura-t-il un problème dans le final nécessitant l’appui de WVA ? Trop d’inconnu qui pèse dans la balance. Évidemment, s’il venait à participer à un sprint réduit, Van Aert est un sérieux candidat.

Si Trentin est un candidat crédible à la victoire finale, il convient sûrement de se pencher sur lui mais sur le sprint intermédiaire. Situé au sommet d’un long faux plat, l’italien apprécie ce genre de sprint.

Pour la victoire à Champagnole, le scénario d’un sprint réduit semble le plus probable. En fin de troisième semaine, il convient de privilégier des hommes ayant une certain fraîcheur. Après sa démonstration sur les pentes du col de la Loze, accompagnant son leader le plus loin possible. Mads Pedersen a montré que les jambes étaient présentes en cette fin de Tour. L’usure du parcours sur les plus de 2000 mètres de dénivelé ne sont pas pour le désavantager. Maitre du placement, le danois est rarement mal placé. Ce qui est un avantage sur des routes si étroites dans le final. Emmener par Stuyven, il a nécessairement un bon leadout sur un sprint. Les Champs Elysées seront son dernier jour de course avec le maillot de Champion du monde. Mads n’a levé les bras qu’une fois en 47 jours de course. Nul doute que Champagnole lui convient mieux que les Champs Elysées pour le faire. Sur le Tour de l’Avenir 2015, il avait claqué d’ailleurs une victoire à Arbois non loin de là. Cela résonnerait un symbole.

Encore une fois quand on mise sur un sprint réduit, la mention spéciale des masterclass revient au Sunweb qui ont dominé de la tête et des épaules les stratégies d’équipe. Sur un final si tricky, Hirschi aurait été une formidable carte pour dynamiter le final. Mais sa chute d’hier a sûrement laisser des traces. Ce qui fait de Soren Kragh Andersen sûrement la meilleure carte emmenée par un Casper Petersen de luxe. Un danois qui a été monstrueux sur les kilomètres finaux des divers sprints de ce Tour mais aussi en emmenant ses leaders sur les échappées lorsqu’il partait en contre. L’option late attack avec ses aptitudes de rouleurs ne sont pas pour me déplaire tant il m’a impressionné par sa puissance lorsqu’il est revenu sur Rolland avec Benoot dans sa roue l’autre jour. 5e à Lyon, Pedersen a une petite pointe de vitesse dans les sprints réduits alors ma foi. Si la Sunweb réussit à surprendre avec Pedersen en électron libre. Quand on est champion d’Europe espoirs devant Cosnefroy et Hirschi ça en dit long sur la classe du bonhomme, largement sous-coté.

PRONOSTICS

Matteo Trentin vainqueur du sprint intermédiaire : 3.5 – 0.5% (Winamax)

Mads Pedersen podium : 5 – 0.5% (Betclic)

Soren Kragh Andersen ou Casper Pedersen vainqueur : 28.57 – 0.15% (prendre les cotes 40 et 100 sur Winamax)

Soren Kragh Andersen ou Casper Pedersen podium : 7.64 – 0.35% (prendre les cotes 11 et 25 sur Winamax)

Laisser un commentaire