Etape 13 Tour de France 2020 Preview

Pas moins de 4459 mètres de dénivelé positif attendent les coureurs pour rallier Puy Mary. On le sait dans la montagne, les chances des échappées augmentent considérablement. Passant à près de 47%. Un coin flip profitable quand la loterie s’avère gagnante. Lors qu’un groupe passe d’une dizaine de coureurs à une quinzaine les chances des échappées passent d’un tiers à près de deux tiers. La question principale de cette étape sera donc de savoir si les échappées ont une chance d’aller au bout ?

Etape 13 du Tour de France 2020 ©️ A.S.O.

Pas moins de sept difficultés répertoriées au classement de la montagne jalonnent le parcours de cette treizième étape. Avec 36 points de distribués au maximum, Châtel Guyon – Puy Mary est l’étape charnière de la deuxième semaine pour le maillot à pois. Qui figurera dans les premiers dudit classement à l’issue de l’étape fera office de favoriser pour revêtir le maillot sur les Champs. L’étape du Grand Colombier offre certes un total de 40 points mais on peut d’or et déjà considérer que l’arrivée au sommet sera entre favoris. Dès lors l’étape est amputée de 20 points pour les échappées. Les coureurs intéressés par le classement de la montagne seront donc de sortie de sortie aujourd’hui.

Pour répondre à la question des chances des échappées d’aller au bout, il faut se demander qui pourrait chasser derrière les fuyards et pourquoi ? Intéressons-nous au classement général. Des hommes qui ont paru les plus en forme, Pogacar apparaît comme le plus dangereux par sa forme à l’heure actuelle. Toujours à l’attaque, le slovène a perdu du temps dans la bordure de Lavaur et ne cesse d’essayer de récupérer le temps perdu comme il nous l’a montré à Laruns. Chaque arrivée offre 10″ de bonifications au vainqueur et le col de Neronne quant à lui gratifie celui qui le passe en tête de 8″ supplémentaires. Avec 44″ à combler sur Roglic, le jeune prodige de UAE devrait être fortement intéressé. Les Jumbo-Visma ont donc tout intérêt à ce qu’il y ait une course dans la course et ne pas prendre les choses en main. Pour maintenir un écart suffisant et chasser derrière les échappées. Dès lors, UAE et les Ineos de Bernal actuel 2e du Général à 20″ de Roglic sont les équipes numéro 1 pour partir en chasse. Seulement l’enchaînement du Col de Neronne et du Pas de Peyrol est extrêmement compliqué et long. Dans une journée avec autant de dénivelé, serait-il pertinent de fatiguer des équipiers alors que le train des Yellow Warps apparaît comme le meilleur de ce Tour et pourrait se reposer avant l’enchaînement final fatidique ? Si la Team Ineos est au complet, il en est tout autre des UAE où Pogacar souffre des abandons de Fabio Aru et sûrement de son meilleur gregario sur ce Tour en la personne de Davide Formolo.

Les chances des échappées sont donc considérables. La bataille pour y aller devrait être terrible tant il faudra bien filtrer pour la Jumbo-Visma et s’assurer une journée plutôt tranquille jusqu’au pied du Neronne. Si le filtrage est bon alors l’échappée pourra prendre le large sur potentiellement plus de dix minutes. Tous les coureurs au delà de la 17e place ont ce bon de sortie. En effet, Valverde est 17e à seulement 3’43” contre 12’13” pour Esteban Chaves qui le précède. Le gap est donc conséquent entre les deux hommes.

La cote de Chateaugay devrait voir un petit groupe s’extraire mais de part sa brièveté, les attaques ne devraient cesser et il sera compliqué de faire rideau derrière. C’est donc dans la longue ascension de Ceyssat que la bonne devrait se dessiner. Le profil des coureurs qui la compose est sans appel :

  • des grimpeurs intéressés par une victoire d’étapes
  • des grimpeurs intéressés par le classement de la montagne
  • des Movistar, Education First et Trek pour le classement par équipe.

L’enchainement Pas de Peyrol et Col de Neronne est usant, pas moins de 29.9 kilomètres non répertoriés à 3.3% si on prend le pied de Neronne au Aldières.

Dans sa phase répertoriée, avec un pied au Falgoux, l’ascension est plus courte avec “seulement 14.8 kilomètres”. Ce qui reste une longue ascension.

Que ce soit Neronne que Pas de Peyrol, chacune des deux ascensions à une portion de trois kilomètres à près de 10%. Il faut donc être un coureur qui apprécie les gros pourcentages pour briller sur cette étape.

Mais c’est véritablement le sommet du Pas de Peyrol qui devrait voir une montée des écarts conséquents et établir une hiérarchie claire entre les leaders. Les deux derniers kilomètres sont à 12.8%, ce ne sera pas la journée pour avoir un jour sans

Pour choisir mes favoris, j’en prendrais un par catégories précédemment citées. La première étant celle des chasseurs d’étapes. Mon œil se dirige donc instinctivement vers un des locaux de cette étape, en la personne de Pierre Rolland. Habitant à Superbesse, il connaît ses cols par cœur étant sur ses routes d’entraînement. L’étape est cochée, il a annoncé hier qu’il s’échapperait. En grande forme, le leader des men in glaz nous a confirmé tout au long de ce Tour qu’il avait la canne. Déjà lors du Dauphiné, le français a épaté en restant au près des leaders. A l’attaque dans l’ascension d’Orcières-Merlette pourtant monté à un rythme soutenu. Dirais-je même à l’asphyxie par les Jumbo, le français est le seul avec Guillaume Martin à avoir tenté et même à réussir sa tentative. Deuxième à Sarran en attaquant du groupe de contre, il aura une énième fois confirmé sa forme du moment. Pas avare d’efforts lorsque le frenchie s’échappe, il fait figure de favori et ne se laissera plus endormir par une attaque en tête de groupe comme cela avait été le cas à Alfacar en 2018 sur la Vuelta.

Concernant la catégorie des hommes du classement par points, je me tourne vers le 15e dudit classement. David Gaudu totalise 8 points au classement du meilleur grimpeur. Non destiné pour aller chercher les points, le lieutenant de Thibaut Pinot a désormais le champs libre depuis la défaillance de ce dernier. Et si on peut légitimement se demander si le français peut en faire son objectif. La réponse pourrait être : si ce n’est pas un objectif pourquoi se battre pour un point au sommet des cols de Soudet et d’Ichère lors de l’étape de Laruns ? Une étape où il a rassuré en s’échappant et montrant une meilleure forme que lors de l’étape de Nice où il est apparu en souffrance après sa chute la veille. Le coureur de la Groupama-FDJ semble avoir récupéré. On se souviendra de sa montée monstrueuse l’an passé de la Planche des Belles Filles dans le peloton pour TiboPino pour argumenter sur ses capacités à apprécier les forts pourcentages. Ayant pour vocation de devenir le succès de Pinot au sein de l’équipe, Gaudu a tout du leader en puissance. Sur les courses italiennes de fin de saison, il ne cesse de confirmer depuis deux ans. L’an passé au Tour des Emirats et en Romandie notamment il a éclaboussé de toute sa classe. Assurément l’un des meilleurs grimpeurs en échappée, s’il venait à prendre le large.

Dans la dernière des catégories, il convient de choisir entre Movistar, EF et Trek. Avec l’envie prononcée hier, les coureurs de la Trek me semble la meilleure option. Au vue des attaques dans le final dans le groupe de contre, Kenny Elissonde ressort de ma liste. On le sait le français est un excellent grimpeur. La question demeure en suspens de savoir s’il restera au près de Richie Porte. Mais le final lui convient à merveille. Au service de ses leaders, durant les années Sky/Ineos, le grimpeur de la Trek a désormais plus d’opportunités que par le passé. Et si certes, cela remonte à ses années FDJ quand on gagne à l’Angliru, c’est une preuve qu’on aime les gros pourcentages. Son gabarit en effet, l’avantage en ce sens (facile à retenir puisque j’ai exactement le même : 1m69 pour 52 kilos).

PRONOSTICS

Pierre Rolland vainqueur/Top 3 : 30/8 – 0.25% (Winamax)

David Gaudu vainqueur/Top 3 : 15/5 – 0.25% (Winamax)

Kenny Ellisonde vainqueur/Top 3 : 101/230.25% (Betstars)

Laisser un commentaire