Etape 6 – Tour de France 2020 Preview

Qui aurait misé sur une étape sans échappée lors de l’étape menant à Privas ? Une chose est certaine, ils ne sont pas légion. Sur le papier, l’étape semblait taillée sur mesure pour Wout van Aert. Le belge n’a pas déçu et s’est imposé. Au plus grand bonheur de tous. Mais le fait marquant de cette étape, c’est la perte surprise du maillot jaune d’Alaphilippe en écopant d’une pénalité de vingt secondes pour ravitaillement interdit dans la zone des vingt derniers kilomètres. Adam Yates est donc le nouveau maillot jaune. Ce changement de leader du Général aura-t-il une influence sur le déroulé de l’étape ?

Profil Etape 6 du Tour de France 2020 ©️ A.S.O.

Les premières difficultés de la journée n’interviendront qu’à partir de 142.5 kilomètres. Mais l’on peut considérer que cette étape sera une montée sèche puisque les coureurs grimperont sans beaucoup de répit vers Mont Aigoual en passant par le terrible col de la Luzette.

Les vingts premiers kilomètres ne sont pas d’une particulière difficulté. Et si la bataille pour prendre l’échappée n’a pas eu lieu comme escompté sur l’étape du dimanche, il en sera tout autre aujourd’hui. En effet, avec si peu de difficultés l’échappée aura du mal à se former et devrait mettre du temps… Beaucoup de temps. L’étape n’est pas sans rappeler dans la composition de son profil celle du Lac de Payolle en 2016. Étape durant laquelle un groupe a réussi à s’extraire à partir du km 50. Le groupe fût composer de 29 unités et s’est disputé la victoire en comptant jusqu’à 5’45 ». Sans surprise de gros rouleurs furent présents. Voire même la désormais célèbre étape du Chalet-Reynard cette même année où Froome y mis pied à terre et fut obligé de couvrir en plein Mont-Ventoux. Treize coureurs s’était extrait rapide pour compter jusqu’à près de 19′ d’avance.

Qui pour mener la chasse ? C’est toute la question. Avec des bonifications à l’arrivée (10″) et au sommet du col de la Luzette (8″), la Michelton Scott a tout intérêt de laisser filer. Si tenté que l’échappée soit bien filtrée. Impressionnant de puissance, le train de la Jumbo a montré toute sa puissance sur les pentes du Col d’Oscières asphyxiant jusqu’au gregario comme Castroviejo qui pourrait pourtant au top de sa forme avant le Tour. Rares sont les équipes a vouloir mener la chasse. La course à l’économie est sans doute la meilleure option pour préserver le maximum de ses éléments en vue de les protéger pour l’ascension finale où les Jumbo-Visma devraient imprimer un rythme d’enfer. Cette dernière n’a d’ailleurs aucun intérêt à conduire l’étape tant les bonifications n’apparaissent pas nécessaires pour Roglic. Ce qui n’est pas le cas soit de Pogacar qui compte 7″ de retard sur Yates et 4″ sur Roglic. Le jeune slovène est apparu comme le concurrent direct de Primoz Roglic et c’est sans doute son équipe qui devra ou non prendre les choses en main. Mais à l’instar de la Deceuninck Quick Step dont Alaphilippe pourrait être tenté d’aller chercher les bonifications pour récupérer le maillot jaune, la force collective de la Jumbo-Visma est trop impressionnante pour prendre le pari d’aller chercher les bonifications.

L’enchainement des trois dernières difficultés est énorme. Pas moins de 33 kilomètres vont devoir être parcouru et le col de la Luzette devrait être le lieu de toutes les batailles. Tant pour l’échappée que pour le peloton avec une course dans la course.

Le Col de la Luzette est un mastodonte, 11.7 kilomètres répertoriés à 7.3%. A lui seul, le col de la Luzette représente 27% du dénivelé positif de la journée sur seulement 6% du parcours. Ce qui en dit long sur sa difficulté.

Sa portion la plus dure située après 8km d’ascension en partant de Mandagout fait 1.3 pour ne connaître que des sections à deux chiffres, un passage indigeste somme toute.

La montée finale vers Mont Aigoual est beaucoup plus digeste que la Luzette. 8.2 kilomètres à seulement 4%, la décision devrait se faire avant.

En cas d’arrivée en petit comité, bien avisé seront les coureurs qui décideront de sprinter en tête. Les derniers 250m se font en virage à 90°. Ce qui implique qu’être en tête en faisant l’intérieur est un gage de gagne à la clé. Mener le sprint est donc une source de victoire. Si bien sûr la décision ne s’est pas faite entre les coureurs avant et que ces dernières n’arrivent pas un à un.

Pas de vent, ce qui implique que les coureurs ne trouveront pas d’obstacle pour les freiner dans leur ascension et surtout cela favorisera les attaques. Là où un vent de face aurait tendance à les anéantir.

Lors des étapes de montagne, les chances des échappées peuvent osciller approchent les 50%. Plus la taille de l’échappée est conséquente, plus ses chances sont exponentielles. Passant d’un tiers avec une dizaine de coureurs à plus de deux tiers avec une quinzaine de coureurs. Les chances des échappées étant grandes, la bataille pour prendre l’échappée pourrait durer longtemps et le nombre de coureurs la composant pourrait grimper en flèche. Si la bataille ne dure pas longtemps, l’échappée devrait être composée avec de gros rouleurs parfois grimpant bien.

Très actif derrière, libéré du poids du maillot jaune, mon regard se tourne dans une échappée loterie vers Kasper Asgreen. Le danois a annoncé venir pour chercher des étapes en montagne avec dans l’idéal la possibilité de faire une sélection grâce au vent dans les parties les plus flanes. Avec Sagan chassant les bonifications, un renfort pour Sam Bennett ne serait pas de trop avant d’entamer les difficultés du jour. Loin d’être ridicule sur le col de la Sentinelle l’an passé à Gap, ni même sur les pentes du Mont Baldy en Californie l’an passé. Il ne faut pas mésestimer le rouleur danois. Evidemment sur des pentes aussi abruptes que la Luzette, la puissance seule ne suffira pas et l’anticipation pourrait être la meilleure des options.

Hier nombre de coureurs se sont relevés et ont perdu des minutes au Général. Ces pertes ne sont jamais anodines puisqu’elle témoigne d’une envie pour certains d’avoir le champ libre n’étant pas une menace au Général. Sans vrai leader pour le GC, Jan Hirt apparaît comme une évidence sur ce style d’étape. Ayant perdu 4’50 » hier et pointant à 41’51 » au GC, le tchèque n’est pas une menace. Deuxième à Ponte di Lagno sur le Giro l’an passé, le grimpeur a toutes les qualités pour briller aujourd’hui.

On peut aussi pointer le jeune prodige d’Astana : Tejada qui a perdu 7’04 ». 1 15′ au Général et avec Lopez en leader, celui qui découvre les Grands Tours n’est clairement pas une menace. C’est d’ailleurs son inexpérience et sa caisse qui me font le choix maintenant et non en troisième semaine. Dont on ne sait quelle résistance le colombien aura. Cela dit en finissant 6e du Mont Ventoux Dénivelé Challenge en épaulant Vlasov, le colombien a montré déjà toute sa classe. A lui de confirmer sa victoire à La Giettaz sur le Tour de l’Avenir l’an passé au plus haut niveau professionnel.

Longue fût l’hésitation entre un coureur de la Bora et un coureur d’ISN. Mais Kamna paraît trop court comparé à un Ben Hermans qui fait partie du groupe à 4’50 ». ISN vient pour la gagne d’étape et Hermans est un client en montagne. Vainqueur en Utah, le belge ne fait que monter les échelons.

Enfin, Gogl a paru être un coureur intéressé en ce début de Tour. Il ne serait pas une surprise de le voir à l’avant demain. Dans une chasse aux points du maillot de meilleur grimpeur lui qui en a 12, l’espoir est ouvert tant Cosnefroy ne brille pas dans les cols.

Bien sûr, les chances des échappées ne sont pas non plus de 100% et si Yates est apparu mal placé et transparent à Oscières, Pogacar lui non. Mal placé au moment du lancement du sprint de Roglic pour rattraper G. Martin. Le slovène a montré qu’il était pour l’heure le meilleur rival de son compatriote étant même le plus rapide en pointe de vitesse. Joeur les bonifications pourrait lui apporter le jaune. Mais même sans à vrai dire. Puisque Yates pourrait être esseulé. Le britannique a annoncé venir pour chasser les étapes. Le point d’interrogation sur sa forme à long terme est donc envisageable. Un mauvais placement ne pardonnerait pas. Pogacar pourrait profiter du Col de la Lusette pour évincer Yates. Il ne resterait que Roglic. Le jeune prodige a fait part de ses envies de jaune étant très proche au Général. Son punch est un atout dans une arrivée au sprint. En démontre ses victoires au sommet contre Valverde ou Lutsenko qui ont pourtant de très bon punch.

PRONOSTICS

Tadej Pogacar porteur du maillot jaune : 6 – 0.5% (Winamax)

Kasper Asgreen G/P : 125/40 – 0.1% (Winamax)

Jan Hirt G/P : 225/75 – 0.1% (Unibet/Winamax)

Harold Tejada G/P : 350/100 – 0.1% (Unibet/Winamax)

Ben Hermans G/P : 50/15 – 0.15% (Winamax)

Michal Gogl G/P : 350/75 – 0.1% (Unibet/Winamax)

Laisser un commentaire